Une personne peut avoir plusieurs crédits à son compte : crédit de consommation, immobilier ou autre. Dans ce cas, il est possible d’effectuer une demande de rachat de crédit pour regrouper l’ensemble de ses crédits.

En quoi consiste la demande de rachat de crédit ?

La demande de rachat de crédit consiste à envoyer une lettre à la banque pour solliciter le regroupement de plusieurs crédits de différentes natures dans le but d’alléger les mensualités. Le rachat de crédit permet de :

Les crédits concernés par le rachat sont : le prêt personnel, le prêt affecté aux travaux, le prêt auto, le prêt revolving, le découvert bancaire et les nouveaux financements.

La demande de rachat de crédit est soumise à la banque et doit être accompagnée de tous les justificatifs nécessaires à son évaluation. Le rachat de crédit peut être accordé ou non selon le cas, car la décision finale revient à la banque.

Faire une demande de rachat de crédit

La demande de rachat de crédit doit se faire en commençant par rédiger une lettre incluant les points suivants :

  • les coordonnées de l’emprunteur et celles du prêteur ;
  • l’objet de la lettre (demande de rachat de crédit en précisant le type de crédit) ;
  • le corps de la lettre en précisant le nom de l’établissement et en énumérant tous les crédits concernés ;
  • la formule de politesse ;
  • la date et la signature.

La lettre peut être envoyée en ligne ou par courrier. Ensuite, après réception, le prêteur se chargera de contacter l’emprunteur pour lui demander les pièces justificatives nécessaires à l’évaluation de son dossier, à savoir :

  • une pièce d’identité ;
  • le justificatif de domicile ;
  • le relevé de compte ;
  • les justificatifs de revenus ;
  • l’avis d’imposition le plus récent ;
  • l’avis de taxe foncière ;
  • les tableaux d’amortissement de l’ensemble des prêts en cours.

Après transmission des pièces justificatives, le prêteur pourra établir le profil de l’emprunteur et évaluer sa demande de rachat de crédit. Si tout est bon et que toutes les conditions d’acceptation sont respectées, la demande sera signée et accordée et l’emprunteur recevra un nouveau contrat d’emprunt englobant la totalité de ses prêts.

Cependant, dans certains cas, la demande peut être refusée en raison de l’existence d’un fichage Banque de France pour l’emprunteur, d’un taux d’endettement important, d’une situation financière instable ou d’une incompatibilité du profil de l’emprunteur avec les critères d’acceptation. Dans le cas d’un refus, il est recommandé de recourir à un courtier ou à un IOB.

La démarche à suivre après l’accord d’un rachat de crédit

Lorsque la demande de rachat de crédit est accordée et validée, il faudra procéder au remboursement des prêts en cours et à la résiliation des contrats pour tout regrouper en un document unique avec un nouveau délai de remboursement. Néanmoins, le nouveau délai de remboursement des prêts précédents peut être allongé ou raccourci par la banque.

Les pénalités de remboursement anticipé (PRA)

Uniquement si prévues dans le contrat, des pénalités de remboursement anticipé peuvent être appliquées pour le paiement des anciens prêts. Le montant des PRA du crédit à la consommation est fixé selon le cas en :

  • 1 % de la valeur totale du prêt si le délai entre le PRA et la date de la fin du contrat dépasse une année ;
  • 0,5 % de la valeur totale du prêt si le délai est inférieur ou égal à une année.

Pour les PRA des prêts immobiliers, leur montant est de :

  • 6 mois d’intérêts pour l’anticipation au taux moyen du prêt ;
  • 3 % de la somme totale du prêt à rembourser.

Les avantages du rachat de crédit

La demande de rachat de crédit est une solution efficace permettant de réduire le montant des mensualités des prêts. De plus, le rachat de crédit offre de nombreux avantages, dont :

  • l’allègement des charges mensuelles : le rachat de crédit permet d’avoir une mensualité unique ;
  • la réduction du taux d’endettement : grâce à la diminution des mensualités, il est possible de réduire son endettement ;
  • la possibilité d’inclure une trésorerie supplémentaire ;
  • les économies : en raison de la réduction des charges mensuelles.